Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 11:03

SENJI :

Tromperie sur la marchandise


Senji, de Bruno Cathala et de Serge Laget, est l'un des jeux dont on parle beaucoup en ce moment sur Tric-Trac ou encore dans le dernier Jeux sur un Plateau. C'est un jeu de confrontation et de diplomatie dans un contexte médiéval et japonisant.

Ce qui nous intéresse ici, ce sont certaines des cartes utilisées pour jouer : Les cartes de marchandise du jeu sont en effet appelées cartes hanafuda.


 

 

Et il est grand temps de rétablir LA vérité !

Que l'on ne s'y trompe pas !

Aussi belles soient-elles, ces cartes n'ont d'hanafuda que le nom et n'ont rigoureusement rien à voir avec le vrai jeu d'hanafuda.


Mais soyons rassurés, il ne s'agit pas d'une erreur (ou d'une tromperie comme l'évoque le titre de cet article) mais bel et bien d'un clin d'oeil ludique pour coller un peu plus au thème du jeu.

Cela me donne aussi l'occasion de rappeler ici brièvement le principe de l'hanafuda tel qu'il se pratique habituellement.


Une partie d'hanafuda en quelques mots.

 

L'hanafuda est un jeu de 48 cartes, réparties en 12 familles de 4 cartes. Ces 12 familles représentent les 12 mois de l'année et sont illustrées, chacune, par un arbre ou une fleur particulière.


A deux joueurs (l'hanafuda, version koï-loï !), au début d'une manche, les cartes sont distribuées 4 à 4, de façon à ce que chaque joueur en ait 8 en main et qu'il y en ait 8 exposées sur la table de jeu. Le reste constitue la pioche.


A son tour de jeu, un joueur fait 2 actions : D'abord, il prend une carte de sa main et la pose face visible sur la table, puis il tire une carte de la pioche qu'il pose aussi face visible sur la table.

Les cartes ainsi posées peuvent être associées à une ou des cartes déjà posées, sous réserve qu'elles appartiennent à la même famille.


Par exemple, si je pose une carte janvier et qu'il y en a déjà une sur la table, je récupère ces deux cartes et les mets devant moi. S'il y a déjà deux cartes sur la table, j'en choisis une des deux. En revanche, s'il y a 3 cartes d'un même mois sur la table et que je pose la 4ème, alors je prends la famille entière.


Les cartes sont de différents types : Il y a des cartes avec des poèmes écrits (rouges ou bleues) : les tanzakus ; il y a des cartes avec des animaux ou des objets ; il y a des cartes sans dessin particulier dessus...

Le but du jeu va être de réaliser des combinaisons de cartes afin de marquer des points. Ainsi, 5 cartes animal permettent de marquer 1 point, tandis que les 3 tanzakus bleus (il n'y en a que 3 dans un jeu) rapporteront 5 points.

Dès qu'un joueur réalise une combinaison, il décide soit de poursuivre la partie (pour essayer de marquer plus de points), soit de stopper là la partie. Ce côté « stop ou encore » donne vraiment au jeu beaucoup de saveur et de tension car s''il décide de continuer, il prend le risque non seulement de ne pas faire de points du tout, mais d'en perdre plus si son adversaire réalise avant lui une combinaison (ce dernier doublera ses points).


Pour gagner, il faudra donc finir la partie avec le plus de points possible, sachant qu'habituellement, une partie complète s'effectue en 12 manches.

 

La première partie d'hanafuda peut s'avérer un peu ardue du fait de l'originalité des cartes : Elles ne possèdent pas de valeur écrite comme nos jeux standards, mais des graphismes très épurés (et très beaux !) qu'il va falloir dans un premier temps assimiler. Passée cette légère difficulté (facilement contournée avec une bonne aide de jeu), le jeu est très accessible, rapide (comptez une heure maximum pour une partie de 12 manches) et prenant à souhait.


Les jeux d'hanafuda sont de diverses qualités : Si vous jouez souvent, je vous conseille d'utiliser les cartes en plastique. Elles s'usent beaucoup moins que les jeux en carton qui, s'ils sont plus agréables à manipuler, s'abiment extrêmement vite.


Enfin, ne soyez pas étonnés par la taille des cartes : Certes, elles sont plus petites qu'un jeu standard mais non, on ne vous a pas arnaqué ! Cela peut surprendre au départ mais on s'y fait très vite. Et qui plus est, cela rend le jeu accessible à toutes les petites mains !

 


Envie d'en savoir plus ?

Si vous voulez aller plus loin et jouer, cliquez ici pour avoir une règle de jeu d'hanafuda (pour 2 joueurs).

Partager cet article

Repost 0
Published by pak - dans Jeux d'Asie.
commenter cet article

commentaires

reno 30/04/2008 17:13

mais, mais... le pak sortirait de son hibernation ??? L'appel de l'hanafuda a été plus fort que toi :))Heureux de te revoir sur la toile mon cher Pak...Et on y joue quand à Senji ???

pak 01/05/2008 20:41


Merci mon bon Reno. :o)
Pour Senji, j'avoue que je ne le possède pas. Bon, peu-être qu'un gentil éditeur va me l'envoyer..
Allez, je tente le coup, hein, on sait jamais ! :o)



bruno des montagnes 28/04/2008 06:47

"notre" hanafuda est effectivement un clin d'oeil au jeu traditionnel de carte japonais, et rien d'autre.... c'est clair.Par contre, je ne dirai pas qu'il n'a rien à voir:On retrouve la séquence des 48 cartes, avec 4 cartes pour chaque mois, sauf que là, pour les besoins de la pioche, la séquence de 48 cartes a été doublée (96 cartes donc).Ensuite, tout a été "européanisé" pour que ça soit plus facile à appréhender.Chaque séquence de 48 cartes est composée de 4 cartes pour chaque mois, comme ds le hanafuda traditionnel, mais là, on a mis les numéros des mois pour faciliter la réalisation des combos des joueurs.On retouve aussi les tanzakus, mais là, on en a mis un pour chque mois, et ils sont tous bleus.On retrouve aussi les animaux, qui apparaissent chez nous sur les mois 1, 2, 4, 5, 7, 8, 10 et 11.Par contre, exit la coupe de saké, mais ajout de soleils/lunes pour les mois 3, 6, 9 et 12, c'est à dire .. pour les solstices et equinoxes!!!Donc, une inspiration très forte de ce jeu traditionnel, dont la poésié m'a depuis longtemps déjà, complètemen séduite.L'introduire ds notre jeu sur le japon médiéval me semblait.. tomber sous le sens. Et l'idée de matérialiser le développement économique des provinces au travers de cette poésie plutôt qu'au travers de collection de ressources sous formes de cubes en bois me semblait plus intéressante...amicalementBruno

pak 29/04/2008 20:52


Merci pour toutes ces précisions, Bruno, et bravo pour ta façon de parler de l'hanafuda : On sent une passion derrière tout ça et ça fait vraiment chaud à lire.:o)

Et bravo aussi d'avoir eut la bonne idée de remplacer de banals cubes en bois par des cartes. Dans le jeu en général, j'ai aussi le sentiment que trop de cubes en bois tue le cube en bois ! Et qui
plus est, les cartes sont très joliment illustrées : elles donnent bien plus de plaisir à regarder que des malheureux cubes de 5mm de coté ! ;o)

En souhaitant un grand succès à Senji...

Sincèrement.


Fred A. 27/04/2008 18:51

Le bon coté avec la tromperie de Senji, c'est qu'il t'a forcé à sortir de ton hibernation!Content de voir que tu es de retour! ;-)

pak 29/04/2008 20:39


Merci Messager ! :o)
Avec quelques mois de retard, je me reconnecte de nouveau sur le net, j'ai des idées d'articles un peu "nouveaux" plein la tête et j'espère donc redonner de la vie à ce blog. On verra !
;o)