Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2005 7 15 /05 /mai /2005 00:00
Premières impressions :
Old Town de Stephan Riedel.


Old Town est un jeu de déduction (pour 1 à 4 joueurs) dans lequel les joueurs incarnent le rôle d'archéologues dont le but est de reconstruire une ville fantôme.

Comment on joue ?
On pose au mileu de la table, le plateau de jeu représentant une ville en ruine, où l'on peut distinguer l'emplacement de 16 bâtiments. Le but du jeu va être de reconstuire cette ville en trouvant quel bâtiment va où et chaque joueur gagne des points selon la qualité de sa contribution à la reconstruction de la ville.

Il y a 18 pions-bâtiments (mais seulement 16 d'entre eux pourront être sur le plateau de jeu), et chacun d'eux possède en outre 5 marqueurs spécifiques qui serviront en cours de partie à proposer des emplacement possibles sur le plateau de jeu.
Pour jouer, on utilise des cartes dites "cartes-indices". Il y en a 60 au total et elles vont former une pioche.
Au début du jeu, on distribue 4 de ces cartes à chaque joueur. Puis, chacun chosit ensuite deux bâtiments parmi les 18 (au départ) de disponible.
La partie peut alors commencer.
..


Ici, un milieu de partie de partie : 9 bâtiments ont déjà été placés. Les marqueurs jaunes sur le plateau de jeu indiquent des emplacement envisagées pour les bâtiments que possèdent les joueurs. Dans ce cas précis, je viens de poser un bâtiment : je n'ai plus qu'un bâtiment devant moi. Au début de mon prochain tour, je devrais en choisir un parmi ceux qui restent (à gauche du plateau de jeu) pour le mettre devant moi...

Le jeu tourne essentiellement à l'aide des cartes de jeu. Celles-ci donnent un indice quant à l'emplacement d'un bâtiment précis. Il y a 3 types de cartes :
1°) Des cartes qui ne concernent qu'un bâtiment : Elles indiquent 4 emplacement possibles pour le batiment concerné.

2°) Des cartes qui ne concernent pas un bâtiment en particulier mais possèdent 8 emplacements possibles : Elles ne peuvent être jouées que sur ses propres bâtiments.

3°) Et des cartes qui concernent deux bâtiments. Par exemple  : "L'école était juste à coté de mon bâtiment". Dans cet optique, "mon batiment" désigne l'un des batiments que possède celui qui joue cette carte.

Chacun son tour, les joueurs vont pouvoir soit jouer une carte énigme, soit jouer deux cartes énigmes. Si un joueur n'est pas capable de jouer une carte, il pioche deux cartes.
Dans tous les cas, le joueur finit son tour de jeu en piochant une nouvelle carte.
- Jouer une carte permet de placer des marqueurs empacements possible (marqueur jaune) pour un batiment OU d'en retirer, voire de trouver précisément l'emplacement d'un bâtiment (au fur et à mesure de la partie, à l'aide des diverses cartes jouées, les marqueurs jaunes sont retirés. Au bout d'un moment, il est donc facile de trouver où se situait exactement un batiment (quand il n'a plus qu'un emplacement possible).
- Jouer deux cartes qui contredisent ou confirment des emplacements permet de retirer un marqueur de batiment du plateau de jeu.

On gagne des points grâce aux marqueurs jaunes (emplacement possible) que l'on retire du plateau de jeu (1 point par batiment). Il est possible que la révélation de l'emplacement précis d'un bâtiment permette de déduire l'emplacement d'autres bâtiments ; c'est même la (seule !) stratégie du jeu en fait da parvenir à créer de telles enchainements ! ;o) ) et donc de gagner ainsi beaucoup de points.

La partie s'arrête quand la ville est entièrement reconstruite (les 16 emplacements de départ sont occupées par des bâtiments) : Celui qui a le plus de points gagne la partie.




Que penser de ce jeu ?

Certes, Old Town n'est pas le jeu du siècle : Il n'empêche qu'il possède un thème et fonctionnement suffisament original pour qu'on lui porte un minimum d'attention.

Les points forts ?
- Le thème et le fonctionnement, comme expliquées ci-dessus, sont vraiment originals et attractifs.
- Possibilité de jouer en solitaire : Bon, je n'ai pas essayé cette option mais apparement, ça marche !
- Jeu en réalité plus coopératif que compétitif.
- Partie rapide (30 à 45 minutes maximum, je pense).
- La ville n'a jamais le même aspect (et ça, c'est fort !) :o)

Les points faibles ?
- Cartes en anglais ou en allemand : Une trad est fournie avec le jeu. Les dessins qui illustrent les cartes sont aussi suffisament compréhensibles pour ne pas avoir à consulter la trad ceci dit (autrement dit, même les anglophobes peuvent jouer à ce jeu).
- Si le matos est correct (cartons épais, plateau coloré...), c'est pas non plus la panacée !
- Stratégie de jeu très limité : On dépend beaucoup des cartes que l'on a en fait mais encore plus de celles qu les autres joueurs ont (et la façon dont ils vont les utiliser) : On peut donc difficilement préparer ses coups à l'avance. En même temps, on peut imaginer que c'est celui qui dégaine le premier ses meilleurs cartes qui gagne la partie mais bon... voilà quoi ! ;o)


Partager cet article

Repost 0

commentaires