Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 00:00
Prosopopee-couv.jpg

“La prosopopée est une figure de rhétorique prêtant parole et pensée aux abstractions, aux morts, aux animaux et aux choses inanimées.” C’est de cette façon non conventionnelle que débute Prosopopée, un jeu de Frédéric Sintes.

Cette phrase d’introduction peut effrayer, mais que l’on ne s’y méprenne pas : elle donne le ton, clair, net et précis de Prosopopée. Elle ne rend cependant pas compte de l’essentiel : Prosopopée est un jeu étonnant, unique et absolu !


 

Dans Prosopopée, on construit tous ensemble une histoire : on imagine un décor comme si l’on peignait un tableau. Ce monde imaginaire où vivent les humains est presque parfait, harmonieux, mais, parfois, il est en déséquilibre à cause d'un "problème". Le but des joueurs (appelés ici “médiums”) sera de le résoudre. Pour ce faire, chacun  raconte ce que fait son médium, ce qu’il vit, ce qu'il dit... et, petit à petit, une histoire se crée. Si les autres joueurs sont satisfaits par votre récit, ils vous donnent des “dés d’offrande”.

Quand on en a suffisamment, on peut tenter de résoudre le problème. Il possède en effet une valeur chiffrée qu’il va falloir battre en lançant les dés. Ces derniers précisent parfois si une action réussit ou non, mais au final il appartient toujours aux joueurs de décrire plus précisément le résultat.
 

papillon-de-nuit-07-copie.jpg

 

Joliment illustré, de la main même de son auteur, Prosopopée est exceptionnel. Très clairement écrit, il permet d’élaborer collectivement et assez simplement des récits merveilleux. C’est un jeu d’une intensité poétique incroyable, il ravira tout ceux qui aiment flâner sur les sentiers de l’imaginaire.

N'hésitez plus : Prosopopée est magique !
 
Pour vous procurer ce chef-d'œuvre, cliquez ici.
Pour visiter le site de l’auteur, cliquez là.

 


Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 07:07

Imaginez : nous sommes le samedi 7 juillet, il est 7 h 07. Vous êtes tranquillement chez vous quand, tout à coup, vous entendez un hurlement. Il dure sept secondes et cesse. Ce cri, tout le monde l’a entendu, mais personne ne sait d’où il vient.
Sept heures plus tard, le cri perce à nouveau.
Et toutes les sept heures, ce cri, durant exactement sept secondes, va hanter la population.
D’où vient-il ? Est-il possible de l’arrêter ? Si oui, comment ?
C’est à ces questions que devront répondre les joueurs. “Le Cri” est en effet le nouveau jeu narratif que j’ai concocté pour vous. Vous le découvrirez en cliquant sur cette image :

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2012/05/EdvardMunch-TheScream-1893.jpg
Je partage aussi “Le Cri” sur l’excellent site Narrativiste qui dispose, en outre, d’un forum. Cela vous permettra, si vous le souhaitez, de discuter plus facilement du jeu et d’y partager vos réflexions, vos questions etc.


Bon jeu

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 07:54

Dans la catégorie « jeu de rôle en 1 page », voici mes deux dernières productions :

 

ratm.jpg

Dans Rats Against The Machine, on incarne des rats mutants vivant dans une gigantesque déchèterie attaquée par des robots géants. Ça ne se veut pas très sérieux et c'est fait pour être rapide et dynamique, à la façon des mangas ou des japanimes.

 sfem.jpg

Le jeu de la Société Française des Explorateurs Mythographes se situe plus dans une mouvance narrativiste. Il simule un discussion à bâtons rompus entre deux explorateurs du début du siècle dernier et il a la particularité de se jouer par écrit, via mèle ou par forum.

 

Cliquez sur l'image pour accéder au pdf.

Bon jeu ! 

Repost 0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 00:00
blaireau-noir-1006 300x300 Si l'on fait une recherche sur le blaireau grâce au très sérieux Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, on y apprend que le blaireau est un petit carnassier, un pinceau en poil de blaireau, un pinceau en poil de blaireau (oui, oui, on y a droit à deux fois au pinceau en poil de blaireau) ou une brosse de poil fin utilisée pour savonner la barbe.

 

En se penchant un peu plus sur l'écran, on peut aussi lire une autre définition, plus discrètement écrite : Blaireau : terme péjoratif utilisé pour parler d'une pers. et p. réf. à l'aspect physique, au caractère, au comportement de cet animal.

Rien de plus !

On parle ainsi du blaireau comme si l'on parlait d'une maladie honteuse.

Et pourtant !

Loin de toutes ces considérations lexicales, une équipe brillamment dirigée par le professeur Bart Aback a rédigé une thèorie autre quant à la noblesse de ce terme par trop galvaudé, allant même jusqu'à s'extasier haut et fort que, je cite « être un blaireau, c'est vraiment super, Marcel ! ». Ce travail de plusieurs milliards d'heures a été couché sur le papier avec le titre, ma foi, fort énigmatique de : Marcel Super Blaireaux

 

Cette thèse se présente sous l'apparence d'un épais livret de plus de 300 pages.

Afin d'en rendre la lecture plus attrayante, ce livre s'utilise comme un jeu. Un jeu qui permettrait à tout un chacun de se mettre dans la peau de ce type de personnages.

Un jeu de rôles en fait.

 

MSB logo

 

Cet ouvrage délicieusement écrit se découpe en 4 parties :

1°) La première partie nous présente ce concept de « super-blaireau ». Pourquoi en effet n'être qu'un blaireau quand on peut un être un super- blaireau ?

Formidablement exhaustif, on pourra, grâce à la centaine de pages consacrée à ce sujet, créer de toute part un vrai super-blaireau : on l'identifiera, on le vêtira, on lui trouvera une histoire, une famille et tout un tas d'accessoires, voire de talents, qui l'aideront dans sa vie. Tout cela sera quantifié avec un élégant système de distribution de points. Grâce à ces points, on valorisera d'abord ses ingrédients (bidoche, neurone, ...), puis on saupoudrera le tout d'un ou deux super-trucs. Ces super-trucs amélioreront la substantifique moelle des personnages en les parant de traits remarquables, via des pouvoirs ou des objets extraordinaires.

 

pak marcel

 

2°) La deuxième partie de cet incroyable livre décrit le système de jeu. Le principe de base est simple : Pour réussir une action, il faut jeter un certain nombre de dés et faire moins que son ingrédient de base. La marge de réussite (ou d'échec) permettra de mieux cerner la qualité de l'action entreprise.

Á cette base, s'ajoute quelques petites astuces qui, sans complexifier l'affaire, lui apporte au contraire un peu de piment. Par exemple, l'utilisation d'un talent peut permettre de relancer les dés.

Ou encore, on peut gagner des bons cadeaux en réalisant des exploits, bons cadeau que l'on peut dépenser en cours d'aventure pour faire une montée de niveau ou relancer le scénario.

 

pubamibe.jpg

 

3°) La troisième partie développe l'univers de jeu : S'il est possible de jouer dans n'importe quel univers, les auteurs ont pris le soin de nous proposer un contexte particulier et adapté à ce type de personnage. C'est ainsi que sur une cinquantaine de page, la Blairosie nous est présentée :

C'est une île située quelque part dans l'océan atlantique, qui a pris son essor au sortir de la seconde guerre mondiale quand on a découvert dans son sol, un précieux minerai : le Nium. Ce qui n'était qu'une île pauvre et sans intérêt va alors connaître un taux de développement exponentiel pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui, à savoir : Une île riche et haute en couleur, une démocratie dont le dirigeant, un certain Monsieur Monsieur, est élu par son peuple pour 35 ans (sans compter les jours de RTT), une île où, surtout, tous les super-blaireaux sont les bienvenus.

Loin d'être comme souvent, rejetés par leurs pairs, ils sont ici acceptés, voire sollicités par les grosses compagnies qui voient en eux une bonne occasion de se faire de la publicité. Ainsi, les super-blaireaux sont sponsorisés, médiatisés, glorifiés ou détestés, mais aussi, parfois, manipulés, voire ridiculisés (pour les shows télé)... Bref, La Blairosie, et sa capitale, Blairopolis, est au super-blaireau ce que les poils du blaireau sont au blaireau.

 

4°) Pour finir, ce magnifique ouvrage possède pas moins de 4 scénarios complets et prêts à jouer. Ces histoires, écrites dans des ambiances très différentes, permettent ainsi de mieux appréhender la beauté et la diversité intrinsèque de ce chef d'œuvre d'humour.

 

L'ensemble abonde de second degré, d'exemples, de nouvelles et d'illustrations toutes plus délirantes les unes des autres, qui en font un jeu de rôles unique.

Bravo aux éditions « 6 roses » pour ce jeu mémorable et exceptionnel et longue vie à la Joséphine, qui mouille, pendant ce temps, quelque part dans l'extraordinaire port de Blairopolis.

 

 

Marcel Super Blaireau est disponible chez lulu.com.

 

 

 

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 18:36
joker.png

Si on m'avait dit que l'on pouvait faire du jeu de rôles seul, je n'y aurais pas cru, tant cela semble impossible, voire contradictoire.

Et pourtant.

Ils sont plusieurs à avoir tenter l'expèrience. 

Ainsi, les jeux de rôles en solo ont même leur site : RPG Solitaire Challenge, en anglais.

Parmi les jeux qu'il propose, j'en ai choisi un, afin de voir, de plus près, l'une de ces étrangetés ludiques.

Voici donc « La Quête du Joker », un jeu simple, subtil, et étonnamment sympa.

 

Pour découvrir cette Quête, cliquez ici.

Repost 0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 03:37

 

Sur le forum de Casus No, un concours de jeux est organisé quasiment tous les mois. Le but est de créer un jeu de rôles complet sur un thème donné, en une page maximum.

Le thème du mois dernier était : space-opera.

Voilà ma première contribution à ce concours : Z-Space un jeu dans lequel trois grandes races galactiques se partagent l'univers, mais qui sait s'il n'y a pas bien plus de prétendants qu'il n'y paraît ?

Cliquez sur l'image pour le télécharger.

z-space.jpg

pour voir les autres créations de ce concours, cliquez ici !

 

Bonus : On en parle sur le net...

- Le camarade Tony consacre un article à Z-Space sur son site : le Scriptorium Ludique. C'est à lire en cliquant ici ! 

 

Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 18:45

La première bonne nouvelle du jour, c'est qu'il faisait tellement beau aujourd'hui que l'on pouvait se promener avec allégresse un peu partout (dans les rues, dans les vide-greniers...)


Et l'autre bonne nouvelle est la parution d'un livre.


En l'occurrence, celui-ci :




Hé oui, Marcel Super Blaireaux, un jeu de rôles parodique de super-héros, est enfin édité.

Je vous en ai parlé il y a très longtemps.

Ceci dit, pour être honnête, suite à différents changements de situation, j'avais très largement décroché du projet.

Mais le noyau de l'équipe s'est accroché dur et...

eh bien, finalement, après 5 ans de dur labeur, ils ont donc réussi l'exploit de finir le Grand Œuvre !


Gageons que ce n'est que le début d'une longue aventure super-héroïque et bravo à Bartaback et à toute la clique des blaireaux qui l'ont accompagné dans la réalisation de ce délire purement ludique.


Un peu plus d'info en cliquant sur la couverture, ci-dessus, et beaucoup plus d'info... très prochainement ! 

 

 

A noter : Il est aussi possible de télécharger gratuitement le pdf du jeu directement sur le site de MSB

 


Repost 0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 12:32

The Brunan Project : Monster à l'Abbaye.

Steph, un pote, s'est lancé dans la vidéo. En tant que rôliste, il s'est mis en tête de réaliser un court-métrage parodique, un peu à la façon de la Bataille de Farador.

Là, l'idée est de mettre en scène une histoire médiévale-fantastique avec des bonhommes en pate à modeler. Inspiré de personnes et d'anecdotes de jeux réels, ce premier essai raconte l'expédition de trois aventuriers (Bruno, Pak et Fab) dans un monastère envahi par de sombres peaux vertes. Mais j'en dis déjà trop !

Le mieux est encore d'aller voir l'excellent résulat de ce projet par vous-même (et bravo à Steph et aux autres allumés pour le travail accompli) en cliquant directement sur l'image ci-dessous.

 

Repost 0
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 12:09
Bon, on joue là ?

La Bataille de Farador
est une petite merveille de vidéo, réalisée par un groupe de comédiens canadiens (Tom et ses chums) qui rapellera, je n'en doute pas, quelques souvenirs émus ou nostalgiques au plus rôliste d'entre vous. Cet excellent court-métrage a reçu de nombreux prix... et c'est très largement mérité ! Découvrez pourquoi en cliquant sur l'image ci-dessous ! ;o)

Repost 0
20 janvier 2006 5 20 /01 /janvier /2006 20:13

Je m'aperçois que je n’ai jamais trop parlé de Marcel Super Blaireau sur mon blog. Aussi, je profite de la récente mise en ligne du site dédié pour en parler un peu ici.

 

Alors, Marcel Super Blaireau,
c’est quoi ?

 

 

Marcel Super Blaireau est un jeu, vous l’avez compris, mais, pour être plus précis, c’est un jeu de rôles.

Dans MSB (Marcel Super Blaireau, en abrégé), vous jouez un Super-héros, mais, comment dire ?... un Super-Héros un peu raté sur les bords, un peu looser dans l’âme… ou un peu parodique, selon ce que le Meneur de Jeu fera de ce jdr. En fait, MSB se rapproche de l’univers de la vieille série télé en noir et blanc de Batman, ou encore du plus récent Mystery Men.


MSB possède un univers précis et complètement original (Blairopolis, une île un peu étrange où tout est possible) mais il reste aussi ouvert à toutes les possibilités. Vous pourrez y jouer autant des scénarios plus ou moins réalistes que des scénarios délirants à la Toon.

Quant au système, il est simple : Vous n’avez besoin que de dés à 6 faces pour jouer. Sur une structure assez classique - il faut jeter un certain nombre de dés qui dépend des compétences de votre perso et faire moins qu’un certain seuil de difficulté -, il possède quelques ajouts originaux et intéressants, comme les Bons d’Achats, les Effets Spéciaux…

Bref, je vous laisse le soin de découvrir tout ça en allant voir le site où tout sera mis en ligne petit à petit. Cliquez sur le logo du site ci-dessous pour y accéder ! ;o)



Pour finir, j’ai envie de dire que MSB n’est pas seulement un jeu mais aussi une très grosse aventure humaine, orchestrée en mains de maître par l’ami Bartaback ! Voilà presque 2 ans que ce projet est en route : il en est à la phase des derniers réglages et une édition papier verra aussi le jour. Il faut aussi noter que de très nombreuses personnes ont participé de près comme de loin à ce projet : Je ne veux pas dire n'importe quoi, mais ça ne m’étonnerait pas qu’une cinquantaine de personnes soient passées donner un coup de main ou réagir sur le groupe Yahoo du jeu !

Rien de tout cela n'aurait été possible sans l'énorme travail de l'insatiable Bartaback : Qu'il soit ici remercié pour son oeuvre titanesque, sa motivation sans borne, son enthousiasme communicatif et son amour pour un petit groupe de jeunes au doux nom de Sonic Youth

 


Repost 0