Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2005 4 22 /09 /septembre /2005 00:00

Devenez un vrai tueur grâce à
Kill Doctor Lucky

 

Tuer est le but de Kill Doctor Lucky : Cette vieille fripouille de Docteur Lucky a rassemblé dans son manoir ses invités (les joueurs), mais il ne se doute pas que tous n’ont qu’une envie : L’abattre d’une façon ou d’une autre… débarrasser la surface de la terre de l’immonde crapule qu’il est !

Pour ce faire (tuer le docteur), Kill Doctor Lucky dispose de règles assez simples en fait...


Le plateau de jeu représente un manoir à la Cluedo. Les invités (1 pion par joueur) sont placés dans une salle commune tandis que le Docteur est mis au hasard.



On mélange les cartes (Il y en a 96 : Des cartes « déplacement », « pièce », « armes » et « échec » ) et chacun en prend 6. Et puis, c'est parti !


Chacun son tour (enfin presque), on joue :


1°) On déplace, si on le souhaite, son personnage d’une pièce à une autre.

Eventuellement, avec la carte qui va bien (« Move-1…) on peut se déplacer (ou le docteur) de 1, 2 ou 3 cases supplémentaires. 


Ou encore, avec des cartes « Room », on se déplace directement (soi ou le docteur) dans la salle indiquée.

Enfin bref, on joue autant de cartes (Move ou Room) que l'on veut et l'on se déplace d'une pièce  ou pas et puis...


2°)

- soit on fouille la pièce (en tirant une carte dans la pioche)

- soit on tente de tuer le docteur, en jouant une carte « arme »  - mais on peut aussi essayer de tuer le docteur à mains nues, valeur : 1 – voir ci-après -. Chaque arme possède une certaine valeur.

Les anglophiles apprécieront l'humour des armes ! ;o)

Quand un joueur joue une carte "arme", les autres joueurs – toujours chacun son tour - sont chaleureusement invités à jouer une carte « échec » (failure) pour contrer cette tentative. Les « échecs » ont aussi une certaine valeur. Quand la valeur des échecs est au moins égale à la valeur de l’arme, le crime est raté.

Sinon, le crime est réussi et le joueur qui a tué le Docteur remporte la partie.

 


Notons que certaines cartes ont une valeur plus importante selon l'endroit où ils sont utilisés : La Queue de Billard par exemple a une valeur de base de 2, mais utilisé dans la salle de Billard, allez savoir pourquoi, elle vaudra 5 points !

  Les cartes échecs ont  une valeur de 1, 2 ou 3 points... Evidemment, celles à 3 points sont plus rares que celles à 1 point.


Une chose importante : Pour tuer (ou tenter de) le docteur, on ne doit pas être vu ! Cela signifie qu’en pratique, pour pouvoir tuer le docteur, il faut être seul avec lui dans une pièce et ne pas être visible d’autres personnages : Il ne doit pas y avoir d'autres personnages, ni dans la pièce du crime, ni dans les salles ayant un accès direct sur la salle en question ou pouvant y accéder directement (en ligne droite). Bon, dit comme cela, ça paraît peut-être difficile à voir, mais avec le plateau de jeu sous les yeux, on comprend plus mieux ! ;o)

 

  Dans cette configuration, le personnage violet ne peut tuer le Docteur Lucky (le truc avec le gros oeil !) :
En effet, le personnage noir (dans la salle N°4) peut accéder directement (en ligne droite) à la salle de Billard.
Si le pion noir avait été par exemple dans la salle de Dessin (Salle N°0), alors le personnage violet
aurait pu tenter de tuer le Docteur (pas d'accés direct entre les salles : ça ne marche pas en diagonale, ce principe !).


Une fois qu’un joueur a fini son tour
(et s’il n’y a pas eu de crimes), alors le docteur se déplace en suivant une progression logique : Les pièces sont toutes numérotées et si le Docteur est dans la salle 15, il ira alors dans la salle 16. S'il est dans un couloir ou un escalier (ces pièces n'ont pas de numéro), alors il se rend dans la salle au numéro le plus élevé.

C’est ensuite au tour du joueur suivant…

 

Les règles sont à peine plus compliquées que ça : Il y a tout de même une astuce qui n’est pas des moindres Quand, lors de son déplacement, le docteur arrive dans une pièce où il y a un personnage, le joueur de ce personnage prend la main et fait un tour de jeu. Et si plusieurs personnages se trouvent dans la salle en question, alors, c’est le joueur situé après le dernier joueur actif (dans le sens du jeu - c'est à dire, le sens des aiguilles d'une montre) qui prend la main : On peut ainsi jouer plusieurs fois de suite et, de fait, « griller » le tour d’autres joueurs.


Enfin précisons que toutes les cartes jouées sont défaussées mais les cartes «échecs » forment une défausse à part. Quand il n’y aura plus de cartes dans la pioche du jeu, seules les cartes de l’autre défausse (celles qui n’a pas d’échecs) seront mélangées et utilisées : Cela signifie que forcément, à un moment ou un autre, quelqu’un finira bien par parvenir à tuer ce satané Docteur Lucky !

  Admirez comme ce jeu est bien fait ! Il n'y a pas un seul plateau de jeu mais deux : Un deuxième manoir décore en effet le recto du plateau de jeu principal...




Bon alors, il est comment ce jeu ?


Pour l’instant, je n’ai fais qu’une partie à 2 mais Kill Doctor Lucky est donc un jeu facile à prendre en mains et qui tourne plutôt bien… sauf que 2 n’est (forcément) pas du tout la configuration idéale (d’ailleurs, il est conseillé à partir de 3 jusqu’à 7).

Amha, plus on est nombreux et plus le jeu doit être sacrément fun  tandis qu’une configuration minimum doit être plus tactique. Une partie est rapide (1 heure) et mêle stratégie (dans le placement de son perso et les mouvements du docteur), « gestion » de cartes et aussi, une part à ne pas négliger de bluff : Bon, donc je n’ai qu’une partie à mon actif à deux qui plus est, mais clairement, j’ai envie de réessayer ce jeu vite fait, avec un nombre de joueurs plus importants… et je crois que ça sera chose faite d’ici peu ! ;o)

Ça va saigner !

 

D’autres choses à ajouter ?

Kill Doctor Lucky a été élu meilleur jeu abstrait 1997 (Origins Awards) : Qualifier KDL de  jeu abstrait me semble énorme ! Si tous les jeux abstraits collaient à un thème concret, clair qu’ils seraient plus appréciés qu'ils ne le sont. Cette remarque choquera peut-être les passionnés, mais n’empêche que ! Proposez à des non « gros joueurs » de jouer à un jeu abstrait, regardez leur tête et vous me comprendrez ! :o)


Kill Doctor Lucky est un jeu de James Ernest : J’ai de plus en plus tendance à apprécier ce genre de créateur, un peu du même bois que Friedemann Friese, mais à une grande différence prêt : Si tous deux proposent des jeux souvent originaux (dans le thème et dans la mécanique), Ernest fait des jeux qui sont aussi beaucoup plus accessible et simple : M’en témoignent ces créations tels que Pirates of the Spanish Main ou Fight (Brawl en VO !).




Kill Doctor Lucky fait parti d’une gamme de jeux bon marché édité par Cheapass Games. Son but : Faire un minimum pour avoir un coût d’achat moindre. Donc, ne vous attendez pas à avoir une belle boite colorée, un plateau de jeu épais, des cartes rigides et joliment décorés : Vous n’aurez rien de tout ça ! Pire, il vous faut même vous procurer parfois le matos pour pouvoir jouer, mais du matos que l’on trouve dans les autres jeux, genre, les pions.


Bref, si Cheapass Games propose des jeux dont la qualité esthétique n’est certes pas la panacée, en revanche, ils permettent pour un faible prix de tout de même jouer à des jeux pas cons du tout et sympathiques ! Le concept est donc généreux et ne peut être qu’encourager.  




Pour finir....


Là, comme ça, je pense à une variante terrib’

(pas tester donc, puisque j’y pense au moment ou j’écris ces mots !) : Serial Killer


Chaque personnage (joueur) possède 3 points de vie.


A son tour de jeu, un personnage qui est seul avec un autre, peut aussi essayer de tenter de tuer un autre personnage (plutôt que le docteur), avec les mêmes règles que pour le docteur (ne pas être vu..) : Un personnage tentant d’être tué peut se défendre (avec ses cartes d’échec)  et  les autres joueurs peuvent aussi l’aider – ils poseront éventuellement leurs cartes d’échec ensuite.


On fait la somme des échecs :

Si les échecs sont égaux ou supérieurs à la valeur d’arme, pas de soucis, le meurtre est raté.

Sinon on regarde la différence et le personnage perd autant de points de vie qu’indique le résultat.


Exemple : Paul tenter de tuer Pierre avec une Crêpe - :o) - de  valeur : 3. Pierre n’a que 2 échecs et aucun des autres joueurs ne souhaitent l’aider ! (Pauvre Pierre !) – Pierre perd 1 point de vie.
Il en avait 3 : Il ne lui en restera plus que 2 : Encore vivant, il peut donc continuer de jouer...


A 0 Points de Vie, un personnage (joueur) est éliminé de la partie.

Le gagnant est toujours celui qui tue le premier le Docteur.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicolas J 04/12/2005 15:18

Actuellement, je commence à jouer "sérieusement" et je suis pris de collectionnite pour les belles illustrations. Je sens pourtant bien, qu'après un bon gavage de belles images, il doit plus stimulant pour l'imagination de jouer avec des cartes (etc) épurées, qui ne gardent que la moelle de l'information...

pak 01/10/2005 13:09

Joué 2 parties hier à 4 : Le jeu tourne bien (et est sympa / pas trop prise de tête) mais il n'est pas très facile à tuer ce docteur ! (C'est peut-être un peu long à atteindre le but, mais il était tard et j'étais crevé...) -

Le deuxième plateau (à deux étages) est plus sympa (plus bordélique !) que le premier (qui est bien aussi, mais le second est mieux donc ! ):o)

Les règles que j'explique ci-dessus sont générales : Il y a un petit détail mal écrit mais bon, pour voir à quoi peut ressembler une partie en gros, ça le fait.

L'un des joueurs proposait une autre variante que je vous soumets ici - revue et corrigée ;o) - :

Quand un jouer est suceptible de tuer le docteur (pas assez de failure en jeu pour l'en empêcher), on compte la différence et on jette un dé.
Si le joueur fait moins ou autant que le résulat du dé, il tue effectivement le docteur.
Sinon, il rate quand même.

Bon, il y a l'introduction d'un chouilla de hasard, mais ça me semble pas mal du tout pour gérer autrement les cartes "failure"... (à tester donc ! )