Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 00:02
Elasund : un (très bon) jeu à construire !

Il y a un moment que j’y pensais mais la sortie, très prochaine semble-t-il, en français d’Elasund, chez Asmodée me donne l’occasion de vous présenter ici cet excellent jeu de Klaus Teuber, l'auteur du très réputé Colons de Catane dont, je vous avoue, je ne suis pas un grand fan.Note : Ma critique du jeu est basée sur la version allemande du jeu, mais je ne pense pas qu'il y ait de modifications entre cette dernière et la V.F.
Résumé d’une partie

But du jeu : Etre le premier à obtenir 10 cubes « point de victoire ». La partie s'achève dés qu'un joueur a atteint cet objectif.
Au début, chaque joueur a deux bâtiments sur le plateau de jeu (emplacement prédéfini), 3 ors et 1 carte pouvoir.
Les cartes pouvoirs (bleues, vertes ou rouges) permettent des actions spéciales. Pour réaliser ces actions, comme augmenter la valeur d’un jeton « construction » ou « déplacer un jeton » - voir plus loin -, il faut deux ou trois cartes pouvoirs de couleurs identiques ou complètement différentes.

Une partie à deux joueurs vient de commencer...
 
On joue chacun son tour et un tour de jeu se déroule en 4 phases :
1°) Arrivée d’un bateau : On jette 2 dés pour savoir où va arriver le bateau. Tous les bâtiments des joueurs situés sur la rangées du bateau bénéficie d’un avantage (une carte ou un or), mais, si l’on fait 7, ce sont les pirates qui débarquent : Le joueur qui a fait « 7 » doit déplacer le bateau sur la rangée qu’il désire et là, tous les joueurs qui possèdent un cube de victoire sur la ligne concernée doivent se défausser d’une carte (or ou pouvoir). Celui qui a fait «7 » garde l’une des cartes défaussées pour lui, les autres partent à la défausse.



2°) Construire : Lors de cette phase, un joueur peut faire jusqu’à 2 constructions :
-    Agrandir les remparts : Cela coûte 2 ou 4 ors et cela permet d’acquérir des cartes pouvoirs et parfois de poser un cube-victoire. Notons que l’ordre d’arrivée des remparts n’est pas aléatoire : Chaque joueur possède sa pile de rempart numérotés et peut donc prévoir les avantages qu’il va bénéficier lors de la pose d’un rempart.







-    Construire l’église : Un peu à la façon d’un puzzle, l’église se découpe en 9 tuiles. Poser une tuile coûte cher (7 ors) mais permet d’obtenir un point de victoire. L’emplacement de l’église est définit par la case centrale. Une tuile de l’église sera sur cette case. L’église se construira donc autour. Autrement dit, mieux vaut être le premier à poser la première tuile de l’église afin de définir son emplacement au mieux, car l’église est prioritaire sur tous les autres bâtiments et poser une tuile « église » permet de détruire n’importe quel bâtiment qui se situerait l’une de ses cases ! L’église est donc une menace certes puissante du jeu, mais tempérer par son coût important. 


-    Enfin, construire un bâtiment : Pour pouvoir poser un bâtiment, il faut :
a) qu’il y ait autant de jetons de construction que la bâtiment en nécessite à son emplacement (et posséder le plus de points en jeton de construction)
et b) payer sa valeur.
Un bâtiment permet de pouvoir poser parfois un cube de victoire ou de gagner des cartes ou des ors quand le bateau arrive la rangée où il se trouve.





Notons aussi que les emplacement du port (ainsi que certaines portes du rempart) sont des emplacements prisés puisqu’ils sont commerciaux (symbolisés par un moulin sur le plateau) : Chaque fois qu’une case d’un bâtiment est posé sur un moulin, on gagne un point sur l’échelle de commerce… et là encore, certains niveaux de l’échelle de commerce permettent de gagner des points de victoire.

3°) Le joueur peut maintenant choisir de prendre 2 ors ou de placer un jeton « permis de construire ». Ces jetons ont une certaine valeur (qui indique aussi leur « force ») et on paye leur coût pour les poser sur une case libre du plateau de jeu (en général, dans la rangée où arrive le bateau, mais pas systématiquement : Des actions spéciales permettent de modifier cette contrainte).

Pour pouvoir construire, ces jetons sont nécessaires : Il en faut un certain nombre par bâtiment et être majoritaire (d’où la valeur du jeton)… Chaque joueur en possède 5 dont la valeur varie de 0 à 4. Celui a « 0 » est donc gratuit à poser… 








4°) Actions spéciales : Le joueur a la possibilité de faire une action spéciale avec ses cartes de pouvoir.






Mon avis ?

Elasund est clairement un jeu agréable à jouer : Beau matos. Des règles relativement simples (même si elles peuvent apparaître étrangement tarabiscotées à la lecture, tout cela devient très fluide et très accessible en pratique,) et intéressant. Le mot est lâché ! Intéressant parce qu’il n’a rien a avoir avec son petit frère de Katane (les Colons de). Ici, Klaus Teuber à réussit avec Elasund le jeu qu’il a, à mon sens, raté avec les Colons : Faire un jeu simple, avec un poil de hasard pour le fun, et tactiquement intéressant donc !

Elasund est un jeu basé sur les choix : La variété des options tactiques qui s’offrent à chaque joueur en cours de partie est un pur régal. Qui plus est, c’est un jeu équilibré qui permet de belles parties tendues, voire stressantes : Il est en effet angoissant de poser un bâtiment que l’on a chèrement acquis en espérant qu’il ne soit pas trop vite « détruit » par un autre joueur. Et c’est bien là ce qui fait toute la force de ce jeu. Entre construire et déconstruire, les cœurs balancent ! ;o)


Quant au hasard, le fait qu’ici le tirage de dés désigne plusieurs cases (une rangée en fait) et non pas une unique case comme aux Colons le tempère largement : On peut dés lors s’amuser à jouer avec les probabilités, si on souhaite optimiser son jeu : Dans tous les cas, on n’a pas non plus trop à s’arracher les cheveux puisque ces probabilités ne concernent que celles de 2 dés. Qui plus est, ce hasard introduit une notion de risque intéressante, voire stimulante : Les meilleures rangées (celles du centre du plateau) sont aussi les plus dangereuses. Doit-on dés lors s’y placer dés que l’on peut, avec le risque qu’elles impliquent ou au contraire s’en éloigner le plus possible ? LA est la question ! …

Au niveau du rythme de jeu, on pourrait s’attendre à de longs tours à attendre justement mais il n’en est rien : Chaque joueur ne peut réaliser qu’un nombre d’actions très limités en fait. Pour jouer, il faut donc aller à l’essentiel (la chasse aux points de victoire le plus rapidement possible) et ne pas se disperser. Cela évite des temps morts trop longs. De plus, le terrain de jeu n’est finalement pas très grand et les « affrontements » qui vont s’y dérouler (que créera un autre joueur lors de son tour) donne une bonne dynamique au jeu, en même temps que de sympathiques (et prévisibles) retournements de situation.

En fait, le seul petit défaut que je reprocherais à Elasund (On évoque parfois la longueur des parties (2h environ) pour un jeu de ce format, mais personnellement, ça ne me gêne pas trop ! On reste dans des délais plus que raisonnables pour un jeu qui en a la matière) est peut-être son absence de variétés des bâtiments : J’aurais en effet aimé plus d’effets spéciaux pour ces derniers, un peu comme dans Caylus ou Puerto Rico.

Maintenant, l’introduction des 3 nouveaux bâtiments peut peut-être apporter un peu plus de piment à la chose (je ne les ai pas encore testé).









Elasund me fait aussi penser à un New England beaucoup plus élaboré (la phase d’enchères de ce dernier en moins), mais en bien plus beau (je n’aime pas du tout le ton kitchissime à souhait de New England). Ceux qui aiment ce dernier peuvent se précipiter sur Elasund sans problème : Ils possèderont ainsi un jeu plus riche et plus beau ! Bon, peut-être aussi un peu plus cher mais on ne peut pas tout avoir, hein ! ;o)

Au final, Elasund est donc pour moi une trés bonne surprise. Jeu de placement tendu où construction/déconstruction sont le cœur de l’ouvrage, avec un zest de hasard, Elasund a de quoi satisfaire bien des publics…


Note : J’avoue tout ! Un peu flemmard, j’ai honteusement repris la critique que j’avais laissée sur Tric-Trac il y a quelques temps mais, en la relisant, elle correspond toujours à mon avis actuel, donc, ça le fait ! ;o) 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

reno 03/10/2006 09:41

j' m'insurge devant un manant qui ose devaloriser les colons de catan. Ce jeu chere à beaucoup de hommes et de femmes...
M'enfin, c'est quand tu veux qu'on y joue à ta nouvelle acquisition :)
reno
ps : moi j'aime bien zoubaoum quand il est mis à jour souvent :))))Longue vie à zoubaoum !!!!

pak 03/10/2006 17:28

C'est vrai que les colons de Catan, il est bien trop cher pour ce qu'il vaut. Tu as 1000 fois raison ! (Faut pas boire quand tu écris reno, ça se voit de le comment c'est que tu causes dans le truc ! )*opSinon, pour une partie d'elasund, c'est quand vous voulez ! Non, pas vendredi (cause de jdr prévu)! ... et pas samedi non plus (cause de "j'ai prévu d'autres trucs à jouer !" > soirée jeux à Monéteau ?) mais quand vous voulez sinon ! PS : et merci pour le PS ! :o)