Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 15:02

Après une courte balade dans les îles grecques de Santorini, je vous propose aujourd'hui de nous rendre dans l'immensité saharienne. Plus exactement, nous allons nous intéresser au Niger et à l'une de ses villes, Agadez.



Perdue au milieu du désert, Agadez s'est développée grâce au commerce caravanier, à partir du 11e siècle. Elle était, en effet, située au croisement des principales routes trans-sahariennes.

C'est une ville connue pour ses nombreuses mosquées et, parmi celles-ci, dans la plus grande, se trouve un curieux minaret fait de terre séchée qui semble traversé par des poutres.

Ce minaret imposant (27 mètres de haut) a le don d'inspirer l'imagination.

Il n'est donc pas étonnant qu'un auteur se le soit approprié pour créer un jeu... aussi mystérieux qu'intéréssant !

 


Mystérieux, « Agadez, le jeu des fils du désert », l'est sans aucune mesure : On n'en trouve aucune description ou aucune critique sur le net. Seul, le site abstract strategy nous offre quelques détails en nous précisant le nom de l'auteur (qui ne figure pas dans les règles), un certain Gabriel Werner.

Quant à l'éditeur, il s'agit d'une compagnie qui s'appelle Public Design Office. Le jeu a été édité en 2003 mais son tirage a été semble-t-il plus que limité.


Sous un emballage plutôt austère se cache un jeu, pour 2 à 4 joueurs (avec l'extension, car ce jeu a une extension), qui se compose de batonnets de couleur et de poutres percées de 6 ou 7 trous selon le coté.

Les règles du jeu sont très simples : 

Chaque joueur possède 8  poutres percées et 16 bâtons à sa couleur.


À son tour, un joueur doit poser une poutre sur la structure déjà existante de façon à ce qu'elle s'unisse à elle sans la fragiliser.

 

 
Puis le joueur doit
traverser une ou des poutre(s) – la même ou d'autres – à l'aide d'un de ses batons.

Gagne le premier qui réalise un alignement de 3 de ses bâtons, chacun de ses bâtons devant traverser au moins 3 poutres.

 

À ses règles peuvent s'ajouter quelques variantes :
- Si l'on joue avec des enfants, pour gagner il faut être le premier à aligner 3 bâtons, chaque bâton devant traverser au moins 2 poutres (et non 3).

- On arrête le jeu quand tous les bâtons ont été joués et on compte les alignements d'au moins 3 bâtons que chaque joueur possède.

- Une variante impose de poser les poutres uniquement verticalement.

- Une autre impose de jouer sur une base de 3 sur 3, la règle de base autorisant une base de 4 poutres de large et pas de longueur maximum).



Quand on joue à Agadez, les règles sont tellement simples que l'on se demande si l'on a bien compris le jeu. Il faut pourtant se rendre à l'évidence : Agadez n'est, ni plus, ni moins qu'un morpion en 3 dimensions.

Mais, passée cette première gêne, vient l'émerveillement. Sans trop chercher à pousser la réflexion trop loin, on pose nos poutres et nos bâtons en ayant le regard du môme émerveillé par son nouveau jouet.


Malgré des règles un peu trop légères à mon goût et un look minimaliste, Agadez est aussi un bel objet, très intéressant de par l'émulation qu'il créée autour de la table. Peut-être plus qu'un jeu, c'est une jolie curiosité pour les ludophiles.



A noter :
Agadez a été produit dans des ateliers pour handicapés. De plus, sa production et son emballage ont tenu compte de l'aspect écologique du projet en employant des matériaux locaux, recyclables ou d'origine végétale. Cette qualité, malheureusement trop rare dans le domaine des jeux, mérite d'être soulignée.


Partager cet article

Repost 0

commentaires