Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2005 6 16 /04 /avril /2005 00:00
Rêve de Dragon
Quelle est la couleur de tes rêves ?

Dans le club de jeux dont je fais parti (Eskarmouch - Monéteau), on a pas mal de p'tits nouveaux.
L'un d'eux, Loïc pour ne pas le citer, celui qui m'a mis une veste à Helllas il y a quelques jours, était intéressé pour faire jouer Rêve de Dragon, un jeu de rôles qu'il possède, mais comme il épprouvait quelques difficultés à saisir la façon dont on pouvait bien faire jouer ce jeu, je lui ai proposé de lui faire une "démonstration", vu que Rêve de Dragon est sans doute le jeu de rôles que j'ai le plus fais jouer.
Je me suis donc replongé dans les règles de RdD (Rêve de Dragon en abrégé) que je n'avais pas lues depuis plusieurs années pour tout dire, j'ai fais joué et...

eh ben, j'ai pris une nouvelle grande claque (la plus récente étant dûe au sublissime Némédia) ! J'avais oublié à quel point ce jeu de rôles était génial, j'avais oublié à quel point ce jeu faisait plaisir à maîtriser, j'avais oublié pourquoi j'aimé tant ce jeu. Il me faut donc combler cette lacune en vous présentant aussi à vous ce jeu en tous points remarquables !



Cet article tombe à pic puisque, au moment même où je l'écris, je me rends compte que :

1°) Rêve de Dragon fête sa vingtième année d'existence ! Et croyez-moi, pour qu'un jeu de rôles atteigne ce vénérable âge, c'est qu'il a quelque chose dans les trippes ! La toute première édition de RdD est donc sorti en 1985 (et je l'ai ! :o) ). Depuis, ce jeu a connu 3 éditions (mais il n'y a pas de différences entre la deuxième et la troisième édition, celle que l'on trouve encore en boutique, hormis la présentation). Exceptionnel, je vous dis, ce jeu !

2°) Dans le dernier Casus Belli (avril-mai 2005), on apprend qu'une version anglaise (américaine plutôt) vient de sortir. Bon, faut pas rêver ;o) 'm'est d'avis que si Rêve marche un peu là-bas, ça ne sera pas un gros succés, mais un succés d'estime plutôt. Je ne pense pas que les joueurs américains, quand on regarde les jdr qui se vendent bien là-bas, soient le bon public de Rêve, mais bon, je peux me tromper ! Quelque part, j'aimerais me tromper même !


Bref, alors, Rêve de dragon, c'est quoi alors ?
Pourquoi ce jeu est-il si exceptionnel que ça ?


Rêve de Dragon, un univers unique
En tout premier lieu, Rêve de Dragon bénéficie d'un univers de jeu riche et infini. Au départ, le jeu se déroule dans un monde médiéval-fantastique. Rien de bien particulier jusque là, sauf que !
... sauf que ce monde est rêvé par les dragons !
Cette nuance fait toute la richesse de l'univers de jeu et le génie de l'auteur de ce jeu, Denis Gerfaud, est d'avoir su tirer le meilleur de cette idée qui est finalement toute bête !


Dans ce contexte, les personnages des joueurs sont des voyageurs, qui... voyagent d'un rêve à l'autre, en passant par des déchirures de rêve, par le gris-rêve... Ce qui fait donc aussi et le charme et la force de RdD, c'est, au délà de l'onirisme dont il transpire, tout l'aspect poétique qui s'en dégage. Cela paraît évident à la lecture des nombreux scénarios : Ici, pas de grande guerre épique entre différents peuples, pas d'exploration à la D&D (bon, il peut y avoir des explos de temps en temps, mais ça n'a rien à voir avec Donjon, c'est clair), pas d'immersion dans des mondes occultes, ténébreux et sur-humains, nous sommes bel et bien plongés à corps perdu dans un monde finalement très réaliste et humain, en même temps que "fun" où simplicité, poésie et imagination sont aux pouvoirs !


Rêve de dragon, des règles uniques

Je ne vais pas trop m'étendre sur ce point mais les règles de ce jeu sont vraiment très bien conçues et complètes. En revanche, il faut bien dire que de ce point de vue, Rêve de Dragon ne s'adresse pas à des débutants tant il risque de se perdre dans la masse d'information que recèle le système de jeu. En fait, il suffit de quelques parties pour se rendre compte que la pillule s'avère moins amère que prévue : Les règles sont fluides et logiques, finalement, et pas aussi compliquées que ça, puisque quelque part, tout tourne autour de quelques composants : Une table de résolution unique et quelques facteurs (caractéristiques, compétences) suffisent pour maitriser une partie en fait ! Donc, au final, Rêve de Dragon possède un sysytème de jeu cohérent et fluide qui, même si au fond il n'a rien de très orginal (ou presque - voir ci-dessous !) tourne vraiment bien.

Un mot pour parler de la magie tout de même !
Là, on approche de l'extase ! :o)
Pour pouvoir exercer leur art, les magiciens (que l'on appelle des hauts-rêvants) doivent se mettre dans une sorte de transe particulière : le demi-rêve. En fait, le haut-rêvant projette une partie de lui-même dans une sorte de monde paralllèle, les terres médianes du rêve. Dans ce rêve-là (sur lequel on évolue avec une vraie carte, un plateau de jeu !), les hauts-rêvants vont devoir devoir voyager, quite à faire des mauvaises ou bonnes rencontres, jusqu'au lieu (la bonne case) le plus approprié pour lancer leur sort.
Pour ceux qui connaissent un peu les univers cyberpunk, on peut penser à un voyage dans la matrice ! La magie dans Rêve de Dragon marche un peu comme ça donc, avec un "avatar" dans un monde parallèle, mais là encore, même s'il faut une ou deux parties pour bien appréhender l'affaire, il est clair qu'une fois que l'on maîtrise la magie de Rêve de Dragon, on prend un réel plaisir à jouer un haut-rêvant tant la magie (et le système de jeu qui va avec) est originale, vraiment bien conçue et agréable à manipuler (ludiquement parlant).

Rêve de dragon, une présentation et une gamme exceptionnelles

Rêve de Dragon est aussi un très bel objet : Toutes les éditions de ce jeu ont été faites avec un soin particulier. Tout est soigné, nickel, propre ! Les illustrations de Florence Magnin ou de Roland Barthélémy sont vraiment magnifiques et de bon goût, bien dans l'esprit Rêve de Dragon.
Quant au texte, c'est tout simplement un régal à lire, et c'est sûrement aussi ça, qui fait le charme de Rêve : Denis Gerfaud est vraiment un grand "écriveur" je dirais (sic !) : Non content d'avoir prouvé sa virtuosité dans l'écriture de Rêve de Dragon, il a écrit de nombreux scénarios (en magazine ou en supplément) et, pour en avoir lu voire fait joué un bon paquet, je dois bien admettre que l'on ne peut être que surpris de l'incroyable cohérence et niveau de l'ensemble : Quasiment (Les premiers scénars dans les vieux casus, je dis pas, mais pour le reste...) tout est bon chez Gerfaud : Bien écrit, des idées souvent excellentes et orignales, non vraiment, rien est à jetter à ce niveau-là, non plus.

Alors, c'est pour qui Rêve de Dragon ?

Je pense que Rêve de Dragon, au délà de toutes les éloges que je peux faire de ce jeu (vous aurez compis que j'adore sincèrement ce jdr)), ne s'adresse pas à des joeurs débutants, ou, disons, ne s'adresse pas à des jeunes joueurs : En plus de règles qui si elles ne sont pas compliquées, sont complètes, Rêve de Dragon bénéficie d'un monde qui n'est peut-être pas aussi évident que ça à manipuler par de trop jeunes joueurs.
Qui plus est, l'onirisime et la poésie qui sont les matières premières de ce jeu en font sûrement un jeu à réservé à priori à des joueurs matures et en recherche d'univers et de quêtes orignales (comme je l'explique, plus haut, Rêve de dragon n'est pas un jeu à la Donjon, gros bill s'abstenir !). En somme, on pourrait presque dire que Rêve est un jeu de rôles pour joueurs exigeants.

Mon conseil : si vous voulez tester Rêve de dragon,jouez d'abord à Oniros : il s'agit de la version "light" de Rêve de Dragon. Si Oniros vous séduit, franchissez le cap et foncez tête baissée vous procurer Rêve de dragon. Sinon, ben , c'est pas grave, c'est que ce jeu n'est pas pour vous ! ça arrive ! ;o)

Pour avoir plus de renseignements sur Rêve de Dragon et de sa gamme, visitez le GROG !
Et si vous voulez des scénarios, alors, passez à la scénariothèque !



Partager cet article

Repost 0

commentaires