Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2005 7 10 /04 /avril /2005 00:00
Die Händler
LE jeu de LES jeux ?

Découvert depuis peu, Die Händler est un jeu qui a tout de suite séduit le groupe de joueurs passionnés dont je fais parti. Pourquoi ? Comment ? Toutes les réponses ci-dessous !


Die Händler est un jeu qui propose de jouer des marchands en lutte pour avoir le plus haut statut social. On peut donc s'attendre, avec un tel thème, à un jeu où négociation et gestion sont les principaux rouages.

Or, si inévitablement, ces éléments font parti du jeu, Die Händler est bien plus que cela, car en plus de proposer habilement différentes façons d'appréhender ce type de mécanique (via le biais des phases de jeu), on y trouve aussi un aspect tactique qui n'est pas l'un des moindres composants du jeu : Savoir où l'on place ses marchandises, comment l'on déplace les charriots qui les transportent (de combien de cases ?)... sont autant d'autres composants ludques qui font de Die Händler un jeu qui me semble assez unique et complet dans son genre.


 

Précisions : Je prends rarement de photos en cours de partie : J'ai suffisament de mal déjà à me concentrer quand je joue et, qui plus est, je ne me promène pas en permanence avec mon appareil photo (oui, je sais, j'ai tort !) : Pour illustrer cet article, j'ai dû aller les voler : J'avoue ! Toutes les photos qui illustrent donc cet article pronviennent de BGG, le Tric-trac américain, et une vient de l'excellent site de Ludo le Gars.

Si je devais donné une note à ce jeu ? 17/20... pour laisser les 18/20 et plus, à mes jeux favoris quand même !!! :o) et à cause aussi des quelques petits points faibles du jeu.

Les points forts ?
- La richesse et la variété des phases : Comme je viens de l'expliquer ci-dessus, Die Händler me donne la sensation d'être un jeu où les phases (pas toutes mais au moins 4 sur 6) forment plusieurs petits jeux dans le jeu.... Qui plus est, certaines d'entre elles (la phase d'Ajustement des Prix par exemple) réservent leur part de surprise bien sympathique ! :o)
- L'attrait du matériel : C'est beau ! Tout simplement beau !
- La simplicité des règles : Rares sont les jeux dont je retiens facilement les règles dés la première partie (j'ai des soucis de mémoire...) : Celui-là en fait parti. C'est vous dire !
 
Les points faibles ?
- Son prix ! On ne le trouve plus que d'occasion, avec un coût de l'ordre de (au bas mot) 45 euros, ce qui n'est totu de même pas donné... A quand une nouvelle édition ?
- C'est en allemand ! Ben oui, mais c'est pas bien gênant, il y a peu de textes en fait et l'on trouve des bonnes aides de jeu en v.f. sur le net. Ici, par exemple.
- Une certaine inégalité des chances au départ ? Des variantes contrecarrent avantageusement cette sensation (qui est sûrement justifiée - Pas assez testé/joué pour dire !).
- La longueur des parties : Bon, là, ça dépend des joueurs, mais pour nous qui prenons vraiment (trop ?) notre temps en jouant, les parties (à 3) font au moins 4 heures.
- Le nombre de joueurs ?!? On n'y joue que de 2 à 4. J'ai de la chance, je n'y ai joué qu'à  3 et il paraît que c'est la meilleure configuration. A 4, (il paraît que) le jeu devient trop incontrolable et à 2, niveau négo, ça doit être un peu limité quand même ! Bon, je mets le nombre de joueurs dans les défauts car ça peut donc en être un. Mais c'est vraiment histoire de trouver un défaut de plus à ce jeu !!!!

Die Händler est un jeu de Wolfgang Kramer et Richard Ulrich (qui sont aussi les auteurs, entre autres, d'El Grande auquel je n'ai jamais joué mais dont la réputation est grande) édité par Queen Games en 1999.
Voir la fiche Tric-trac sur Die Händler ? Cliquez ici !



Comment on joue ?
(résumé des règles)


Une fois, le matériel mis en place (c'est rapide, vous en faîtes pas !), l'ordre des joueurs et leurs capacités spéciales (je reviens à la fin sur cette importante notion) définits, la partie peut commencer. Le jeu se déroule en tour de jeu et 6 phases composent un tour :

Première phase : Achat de marchandise : Là, c'est simple : On joue chacun son tour pour acheter jusqu'à 3 marchandises (6 au premier tour) et les mettre dans ses entrepots : Sur la carte, chaque cité (il y en a 6 en tout) possède 4 entrepôts, 1 par joueur : On peut y déposer autant de marchandises que l'on le souhaite, pas de soucis !

Seule restrcition : On ne peut pas mettre dans un entrepôt une marchandise que la ville ne produit pas. Il y a en tout 6 types de marchandises possibles et chaque ville en produit 3 : ça laisse le ma marge.
Encore un chose : Le prix d'une marchandise est variable. Son prix d'achat ou de vente est fixé à la phase 4. Au départ, une marchandise coûte 100 florins : ça reste très raisonnable ! ;o) En cours de partie, les prix évolueront au bon vouloir des joueurs... - voir phase 4.

Seconde phase : Mise aux enchères des charriots.

Il y a 3 charriots au départ dans les villes : Ces charriots sont vides et il va falloir les remplir de marchandises (venant des entrepôts de la même ville) afin de les vendre dans une autre ville. 


Chaque charriot vide et dans une ville (donc, au départ, les trois !) est mis aux enchères : Le joueur qui finit avec la plus grosses propositions remporte l'enchère : Il paie la banque et devient le maître du chargement du charriot. Il peut y placer 3 de ses marchandises (dans la case concernée : Vous avez vu ? les couleurs/blasons sur le coté du charriot ? c'est fait pour ça ! C'est bien fait ce jeu, non ?).


Ensuite, il peut accepter que d'autresmettre des marchandises dans son charriot (2 maxi) à la condition qu'il souhaite. Et en général, sa condition, c'est de l'argent biensûr :"tant de florins par tonneau" ou "je te fais les 2 tonneaux pour 500 florins mais on va où tu veux!"... On marchande quoi !
C'est aux joueurs de trouver leur point d'entente dans un contrat qui devra être respecté, contrat qui se fait à voix hautes en présence des autres joueurs... Dans tous les cas, c'est bien entendu le chargeur qui a le dernier mot : Il peut décider de partir sans charger personne... ou pas ! Il fait ce qu'il veut en somme !
On procède ainsi pour chaque charriot vide et sans "chargeur".

Troisième phase : Déplacement des charriots.
Chaque joueur dispose de 4 marqueurs numérotés de 1 à 4. A son tour, chaque joueur devra utiliser un de ces marqueurs et déplacer un charriot (celui qu'il veut) d'autant de cases sur le plateau de jeu : 1, 2, 3 ou 4 cases donc ! Une fois qu'un marqueur est utilisé, on le retourne et au prochain tour, on ne pourra plus qu'utiliser l'un des 3 marqueurs restants.

Quand tous les marqueurs sont face caché, on les remet tous face visible : On pourra donc à nouveau avoir le choix entre les 4 marqueurs lors du prochain tour.

Ecrit comme ça, ça a l'air "petit" comme phase mais en fait, elle n'en demeurre pas moins importante :
1°) Il y a peu de cases sur le plateau de jeu et, si deux joueurs s'associent, il est très facile d'emmener un charriot directement dans une ville (et donc de vendre : voir phases suivantes)
2°) Utiliser un "1" pour avancer lentement ou un "4" ? là est la question ! Une fois qu'un marqueur est dépensé, on ne peut plus espèrer le revoir avant quelques tours donc il faut savoir jouer le bon marqueur au bon moment en somme (afin de diriger au mieux le charriot dans la ville où l'on souhaite vendre au prix le plus fort).


Quatrième phase : Ajustement des prix. (Ma phase préférée, j'avoue ! :o) )


Sur le plateau de jeu, on trouve un tableau qui indique le prix d'achat (colonne de gauche) et de vente (colonne de droite) pour chaque marchandise. Au départ, toutes les marchandises (indiquées par les pions en couleur sur le tableau) coûtent 100 florins.
 
Pendant cette phase, chaque joueur va choisir secrètement d'augmenter 1 ou 2 marchandises (ou encore 2 fois la même, ou pas du tout de marchandises).
Pour cela, on utilise une sorte d'horloge dont on tourne les aiguilles sur les marchandises que l'on souhaite voir progresser d'1 (ou de 2) niveau sur le tableau de vente.

Si on est sans avis (ou si on s'en fout !), on peut mettre les aiguilles (ou juste une ! sur son propre blason pour signifier ce fait. Quand chacun a choisi ses ajustements, on découvre son "horloge" et on ajuste les prix sur le tableau selon les choix de chacun.
Et si un prix va plus haut que la valeur maximale, il reprend à 100 florins (c'est-à-dire au plus bas !).

 
Cinquième phase : Ventes des marchandises.
Quand un charriot arrive en ville, le joueur vend toutes ses marchandises (s'il en possède) au prix indiqué sur le tableau des ventes. - voir photo du tableau des ventes dans la phase 4 - Rien de bien compliqué pour cette phase !

Sixième phase : Entretien et augmentation du statut social.

Chaque niveau social coûte un certain nombre de florins. Au départ, c'est gratuit (mais bon, en même temps, on est au niveau le plus faible !). Au fur et à mesure de la partie tant l'entretien que le coût d'achat d'un niveau vont augmenter. Durant cette phase, chaque joueur doit payer l'entretien de son niveau : S'il ne peut pas, il baisse de niveau jusqu'à ce qu'il puisse payer un niveau.

Puis, si le joueur le souhaite, il peut s'acheter des niveaux (2 maxi), mais plus le temps passe, plus les niveaux coûtent chers ! En affet, un autre tableau précise le coût d'un niveau : Celui-ci varie selon le nombre de charriots arrivés à destination : Plus le jeu avance et plus l'achat d'un niveau (et son entretien) coûte cher, très cher même !


Le jeu se finit quand un certain nombre de charriots (au moins 7, à 3 joueurs par exemple) est parvenu à destination (c'est-à-dire arrivé en ville) . On finit le tour à ce moment-là et celui qui a le plus haut statut social emporte la partie. En cas d'égalité, c'est l'argent qui départage les ex-aequos.

Bon, ça a l'air simple comme ça, peut-être même un peu fade.... Seulement voilà, il y a des petites choses en plus qui font toute la saveur de ce splendide jeu !

Les capacités spéciales : Avant que la partie ne commence, des enchères sont organisées afin de permettre à chaque joueur d'obtenir deux capacités dites "spéciales".
Il y a 8 capacités : Deux qui permettent de faire fluctuer le niveaux d'achat/de vente sur le tableau des marchandises, deux qui aident au déplacement des charriots, deux qui permettent de déplacer le messager (seule possibilité de le faire ! - voir ci-dessous) et deux qui permettent : 1°) la première d'acheter pas cher des marchandises (3 pour 100 florins n'importe quand)
et 2°) de vendre n'importe quelle marchandise (jusqu'à 3) d'un entrepôt, à la fin de la quatrième phase : c'est la seule possiblité de vendre des marchandises sans avoir à les envoyer dans une autre ville (vous pouvez acheter et vendre directement d'un entrepôt : autrement dit, c'est une carte très puissante !).


Les cartes d'influence :

Si vous avez bien observez les photos qui illustrent cet article, vous avez pu remarquer la présence d'un curieux pion : Il s'agit du messager.
Celui-ci ne se promène que sur les routes et ne rentre jamais dans une ville. Quand sa route croise celle d'un charriot (ou l'inverse !), le joueur qui a contribué à ce croisement gagne le droit de prendre (de choisir) une carte influence. Ces cartes permettent de faire des coups spéciaux mais elles sont difficiles à avoir donc...

Exemple de cartes "influence"
: Possibilité de vendre une marchandise à 800 florins ; Possibilité de bloquer un charriot ; Possibilité d'acheter un niveau social à 1200 florins (ça peut paraître beaucoup, mais sur les fins de parties, les niveaux valent beaucoup plus !)...etc

Ces cartes offrent donc des perspectives ludiques intéressantes et permettent aussi quelques surprises dans le jeu bien agréable ! (enfin... ça dépend de quel coté on se place ! ;o) ).
Notons aussi le fait qu'il y a un nombre limité de cartes , chacune d'entre elles étant présentes en très peu d'exemplaires exemplaires. On peut donc plus ou moins facilement deviner quelques cartes peut avoir choisi son adversaire. Ces cartes sont utilisables quasiment n'importe quand dans la partie (enfin, à la phase appropriée quand même !) et on peut en avoir autant qu'on veut dans les mains. Mais bon, en avoir déjà une ou deux, c'est pas mal !!!!



En plus de ces deux points importans de règles, je citerai encore la possibilité d'obtenir des crédits : Il arrive que les joueurs n'aient plus d'argent. On peut faire un crédit à la banque, mais dans ce cas, on ne pourra plus monter son niveau social avant d'avoir rembourser ce crédit. Bon, c'est une option de jeu qui aide bien quand même (même à gagner ! ;o) ).
Un autre aspect à ne pas négliger du jeu est les bonus des villes :Quand aucun charriot n'arrive dans une ville lors de la phase de mouvement des charriots, on monte d'un cran sur un petit tableau un indicateur de bonus dans la ville concernée. Ce tableau donne un bonus à la vente (par tonneau de marchandise) dans ces villes. cela signifie que moins une ville ne voit de charriot arriver chez elle, plus elle augmente ses prix de façon à inciter les marchands à venir vendre chez elle... et ça marche ! quand un ville offre un bonus de 500 florins par marchandise vendu, ça le fait bien !




Bon, voilà, je pense vous avoir globalement expliquer les règles. La longueur peut faire peur mais je peux vous promettre que cela ne doit pas vous faire fuir. Comparativement, ces règles sont bien plus simples et à comprendre et à assimiler que Puerto Rico par exemple. Bon, certes, il doit y avoir une bonne demi-heure d'explication des règles (maxi !), mais une fois qu'on les sait (c-à-d dés la première partie), on les sait ! Aussi, ça serait vraiment dommage de passer à coté d'un tel jeu à cause de ses règles. J'insiste mais elles sont vraiment claires, simples et logiques.
Il ne vous reste plus qu'à tester ce jeu maintenant que vous savez tout. N'hésitez pas, Die Händler est un jeu exceptionnnel dont vous auriez tort de vous passer ! :o)






Partager cet article

Repost 0

commentaires

pak 11/04/2005 12:33

Un des liens ne marche pas : celui qui concerne la trad des cartes "influence" - Quand j'ai écris cet article, ça saturé sur le net et je n'avais pas accés au site en question. je remets ça à jour dés que possible, vosu ne faîtes pas !

Sinon, je suis un peu désolé pour la longueur du descritpif, j'ai esayé de faire court mais.... il y a tellement de trucs à dire !!! faut pas que ça vous décourage d'y jouer à ce jeu !

Et pendant que j'y suis, désolé pour les fautes d'orthographe, j'ai des soucis avec la manipulation d'over-blog : je n'arrive pas à faire des copier-coller ! :o(
Du coup, j'écris les articles presque en ligne... et je corrige au fur et à mesure : possible donc que pas mal de fautes émaille encore mes articles, mais je corrige, je corrige..... ;o)