Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2005 6 17 /12 /décembre /2005 13:27

Siesta :

Toit, toit, mon toit...

A Siesta, le but du jeu est de « construire » des ombres. Pour jouer (de 2 à 4 joueurs), on met le plateau de jeu au milieu de la table et on donne à chaque joueur ses toits (chacun en reçoit 15 d’une certaine couleur). On trouve aussi des pions soleil et ombre, qui n’appartiennent à aucun joueur en particulier.

Chacun son tour, les joueurs vont devoir poser 3 pions (soleil, ombre ou/et toit de sa propre couleur) sur le plateau de jeu et réaliser au moins 1 point. On obtient des points en réalisant des « siestas » : Une siesta est une combinaison soleil-toit-ombre, sur une ligne et sans interruption. C’est le nombre d’ombre posée ou ajoutée à une ombre existante qui définit la valeur de la siesta.


Il peut y avoir plusieurs toits (quelque soit leur couleur), plusieurs soleils ou/et plusieurs ombres dans une même combinaison, l’important étant que l’ordre des groupes soit respecté (soleil > toit > ombre) et que la combinaison ne soit pas interrompue. La photo ci-dessous illustre ce cas : Il s’agit d’une siesta qui a rapporté au total 2 points à Vert, ainsi qu’à Bleu.



Lors de la pose, il n’y a que 3 règles à respecter :

- On ne peut poser des pions sur le plateau de jeu qu’à coté de pions déjà présents (sauf évidemment le tout premier pion qui sera posé au départ de la partie).

- Une ombre ne peut être posée que pour compléter une combinaison soleil-toit existante.

- Un soleil ne doit jamais être posé directement à coté d’une ombre.

 
Les points gagnés sont comptabilisés directement : Une siesta marque autant de points que d’ombres posées (soit on compte la siesta nouvellement crée, soit on compte uniquement les pions d’une ombre que l’on agrandit).

On peut aussi réaliser une double siesta pour gagner plus de points (+2 points) : Une double siesta est une ligne soleil-toit-ombre-toi-soleil où les toits sont de la même couleur.

La partie s’arrête dés qu’a été placé le dernier soleil, la dernière ombre ou le dernier toit. Le joueur qui a alors le plus de points gagne la partie.

 

Exemple de partie à 3 joueurs (Vert > Rouge > Bleu)

 

Vert a commencé la partie : Pour le premier coup, il n'a pas trop le choix et a réalisé une siesta basique (1soleil + 1 toit + 1 ombre) qui lui rapporte son 1er point.

C’est à Rouge de jouer : Il pose un toit, un soleil et une ombre : Il crée une nouvelle siesta et marque 2 points.

Bleu joue. Il veut empêcher Rouge de faire une double siesta trop importante. Il finit « donc » la siesta que Rouge avait commencé : Il marque 3 points.
C’est à nouveau à Vert de jouer : Il réalise une double siesta et gagne 2 points (la nouvelle ombre qu’il a créée) + 1 point pour l’ombre qu’il a agrandit + 2 points pour la double siesta, soit 5 points au total…

 
Mon avis ?

Siesta est un jeu redoutablement efficace : Avec des règles expliquées en 2 minutes, il permet des parties rapides et serrées en terme de score : L’obligation de devoir marquer au moins 1 point à chaque tour de jeu d’un joueur n’est pas innocente à l’affaire. C’est une règle astucieuse qui oblige à avancer et de fait préserve l'écart des scores des joueurs dans un mouchoir de poche. Les parties sont rapides et on peut les enchaîner les unes après les autres sans déplaisir.

La seule chose qui me chiffonne un peu est que, sur 3 parties faites à ce jour, c’est à chaque fois le premier joueur qui a emporté la partie : Je pense que cela est dû à notre gestion amicale de la fin de partie. La partie s’achève quand il n’y a plus de soleil (entre autres) : Quand nous approchions de la fin, nous prenions soin de ne pas être trop vachard avec le joueur suivant en lui laissant un soleil. Mais bon, c’est aussi une façon « fun » de jouer… Je pense que dans des parties plus agressives (plus calculatrices), cette inquiétude s’évaporera.

A mon sens, le vrai bonheur de ce jeu est surtout d’avoir su trouver un théme simple,  original et poétique aussi ( toit + soleil = ombre ) pour faire un jeu complètement abstrait en fait : Quand on connaît la difficulté de faire s’intéresser des « non-gros joueurs » aux jeux abstraits, Siesta mérite amplement la palme d’or du meilleur jeu dans le genre. 

A ce titre, Siesta est un jeu plus que convaincant qui mérite très largement sa place dans toute bonne ludothèque. Qui plus est, aussi simple soit-il, il est pourvu d’un matériel agréable à l’œil, ce qui ne gâche donc rien au plaisir de jouer.

Siesta est un jeu de Guido Hoffmann, édité par Goldsieber en 1999.
Vous trouverez d'autres avis et liens sur ce jeu en cliquant ici ! ;o)

Partager cet article

Repost 0

commentaires